Une friperie à l’école secondaire Le Tremplin

Le 28 janvier dernier, on procédait à l’inauguration officielle d’une friperie à l’école secondaire Le Tremplin. Dès l’ouverture on sentait bien l’engouement auprès des jeunes qui étaient nombreux dans le petit local de la friperie. Dans la première demie heure, on avait déjà vendu pour 40$ d’articles.

Les élèves responsables de la friperie ont eu quelques invités pour l’ouverture officielle. Tenant le ruban : Anne-Marie grondin de la Communauté entrepreneuriale des Chenaux et le directeur de l’école Jean-Pierre Bordeleau. Debout : Gilles Laliberté, le député Pierre Michel Auger, Karen M. Tessier, Jeanne Boulay, Francine Lavoie (enseignante), Lisa-Marie Brouillette, Camille L. Carignan, Maryse Fournier (enseignante) et Gabrielle Ouellet. Assises : Laurence Mathon, Alexia Coyac et Andréa C. Cossette.

Les élèves responsables de la friperie ont eu quelques invités pour l’ouverture officielle. Tenant le ruban : Anne-Marie grondin de la Communauté entrepreneuriale des Chenaux et le directeur de l’école Jean-Pierre Bordeleau. Debout : Gilles Laliberté, le député Pierre Michel Auger, Karen M. Tessier, Jeanne Boulay, Francine Lavoie (enseignante), Lisa-Marie Brouillette, Camille L. Carignan, Maryse Fournier (enseignante) et Gabrielle Ouellet. Assises : Laurence Mathon, Alexia Coyac et Andréa C. Cossette.

L’idée d’une friperie vient de Maryse Fournier, enseignante responsable des projets intégrateurs. Ça faisait deux ans qu’elle y songeait et le groupe d’élèves du projet intégrateur de cette année s’est lancé. « Maryse en a parlé et on a trouvé que c’était une bonne idée », nous dit Andréa C. Cossette. « Ça va aider les gens, donner une 2e vie aux vêtements et aider au financement d’activités ».

L’enseignante responsable est aussi certaine que le service sera apprécié. « Ce n’est pas juste pour les plus pauvres, c’est aussi un mouvement écologiste », dit-elle. « Ça dépanne tout le monde. C’était un besoin déjà ciblé par les jeunes ».

Mais il a fallu traverser plusieurs étapes pour en arriver à l’ouverture, comme trouver un local. Avec l’appui de la direction, un local attenant à la radio étudiante a été aménagé, grâce au travail de l’homme à tout faire de l’école, Gilles Laliberté.

Puis, on a sollicité les membres du personnel, les élèves et leurs parents pour recueillir les vêtements. Les élèves du projet intégrateur ont ensuite procéder au tri et au lavage des vêtements. Dans cette opération, ils ont obtenu l’aide des étudiants à l’éducation aux adultes.

Durant tout le projet, les huit élèves se sont réparti le travail, mais prenaient leurs décision importantes toutes ensembles. De l’avis de toutes, l’étape la plus difficile a été de se décider à ouvrir.

La friperie devrait être ouverte au moins un midi par semaine et durant les événements spéciaux et rencontres de parents. L’argent gagné servira d’une part à payer certains frais encourus par l’école, notamment pour l’aménagement du local, et s’il y a des profits, ils iront aux 5e secondaire et Fonds du cœur de l’école. À noter que le député de Champlain, M. Pierre Michel Auger, était présent lors de l’ouverture et s’est montré très ouvert à contribuer financièrement au projet.