Plan d’action pour la mise en valeur du Chemin du Roy

Lors de la présentation du plan d’action de revitalisation du Chemin du Roy : M. Guy Simon, maire de Champlain, Mme Diane Aubut, mairesse de Sainte-Anne-de-la-Pérade, M. Gilles Mercure, directeur général de la SADC, M. Pierre Michel Auger, député de Champlain, Mme Diane Lemieux, conférencière invitée, Mme Sonia Auclair, mairesse de Batiscan et M. Alain Bourbonnais, président du comité. (Photo: Jérémie Perron, Filisofik)

En octobre dernier, la Société d’aide au développement des collectivités (SADC) de la vallée de la Batiscan initiait une rencontre de citoyens, élus et divers intervenants des municipalités de Champlain, Batiscan et Sainte-Anne-de-la-Pérade afin de lancer une réflexion sur le développement touristique le long de la route 138.

Lors de la présentation du plan d’action de revitalisation du Chemin du Roy : M. Guy Simon, maire de Champlain, Mme Diane Aubut, mairesse de Sainte-Anne-de-la-Pérade, M. Gilles Mercure, directeur général de la SADC, M. Pierre Michel Auger, député de Champlain, Mme Diane Lemieux, conférencière invitée, Mme Sonia Auclair, mairesse de Batiscan et M. Alain Bourbonnais, président du comité. (Photo: Jérémie Perron, Filisofik)

Lors de la présentation du plan d’action de revitalisation du Chemin du Roy : M. Guy Simon, maire de Champlain, Mme Diane Aubut, mairesse de Sainte-Anne-de-la-Pérade, M. Gilles Mercure, directeur général de la SADC, M. Pierre Michel Auger, député de Champlain, Mme Diane Lemieux, conférencière invitée, Mme Sonia Auclair, mairesse de Batiscan et M. Alain Bourbonnais, président du comité. (Photo: Jérémie Perron, Filisofik)

Suite à cette rencontre, un comité s’est formé, sous la présidence de M. Alain Bourbonnais, pour faire le suivi de la démarche. La collaboration de la SADC ainsi que de la Fondation Rues Principales a permis d’élaborer un plan d’action à partir de ce qui ressortait des discussions. Un plan sur lequel le comité a fait un travail d’épuration avant de le présenter aux participants de la première rencontre.

C’est le 10 mars que le comité présentait les priorités du plan d’action et, à cette occasion, on avait invité Mme Diane Lemieux, porte-parole de la Route des clochers, pour témoigner des actions réalisées pour développer un circuit touristique religieux sur la rive sud.

Parce que c’est là une des priorités que de développer un circuit en lien avec le patrimoine religieux, dans l’optique notamment de profiter des événements entourant le 300e anniversaire du Sanctuaire du Cap-de-la-Madeleine, en 2016-2017. D’autres circuits potentiels seront aussi envisagés, en tablant par exemple sur l’histoire et l’inventaire du patrimoine bâti ou sur l’agroalimentaire.

On priorisera également d’aménager un axe de communication entre les intervenants en loisirs et tourisme des trois municipalités et l’on remettra sur pied un projet de signalisation touristique qui avait été laissé incomplet en 2007. On veut élaborer un concept commun qui mettra en valeur les attraits de chaque village. Finalement, on prévoit apporter des améliorations en ce qui a trait aux différentes aires d’accueil dans les municipalités.

Alain Bourbonnais, qui préside le comité, estime qu’à court terme on peut envisager d’informer et de former les intervenants touristiques en accord avec les orientations choisies, ainsi que d’élaborer des concepts pour le pavoisement, mais l’essentiel des résultats se verront sur deux ou trois ans.

Il faut comprendre qu’il n’y a pas de nouvelle structure ou de ressources humaines allouées à la réalisation du plan d’action. « Le comité a établi des responsables pour chaque priorité », nous dit Alain Bourbonnais. Ils devront recruter eux-mêmes des gens pour mettre la main à la pâte. « C’est sûr que les municipalités vont être mises à contribution ». Les trois maires siègent d’ailleurs sur le comité.

Quant au financement des actions, les trois municipalités ont déjà mis 5 000$ chacune et il restera toujours le pacte rural vers quoi se tourner pour certaines étapes.