La solidarité en marche

Trois-Rivières s’apprête à recevoir plus de 10 000 personnes à l’occasion de la Marche mondiale des femmes, le 17 octobre. C’est évènement qui revient tous les cinq ans a des résonances partout sur la planète où des milliers de femmes se mobilisent pour lutter contre la pauvreté et la violence faites aux femmes, réclamant au passage un monde plus juste et égalitaire.

La présidente d’honneur Fabiola Toupin et Joanne Blais, porte-parole de la Marche mondiale des femmes au Québec.

La présidente d’honneur Fabiola Toupin et Joanne Blais, porte-parole de la Marche mondiale des femmes au Québec.

Au Québec, différents groupes de femmes organisent des activités, et ce depuis le 8 mars, qui culmineront chez nous le 17 octobre. On pense par exemple à cette caravane de militantes qui a quitté Montréal le 24 septembre dernier pour faire le tour des régions de la province avant de se rendre à Trois-Rivières pour prendre part à la marche.

La Marche mondiale des femmes prendra son départ à 11h au parc de l’Exposition (sur l’avenue Gilles-Villeneuve) pour se rendre au lieu de rassemblement, au parc portuaire. C’est là qu’aura lieu, à 13h30, un grand spectacle animé et mis en scène par Patricia Powers et réunissant autour de 80 artistes, très majoritairement féminines. Musique et poésie seront à l’honneur avec notamment Fabiola Toupin et Sylvie Tremblay en chanson.

Des artistes africaines seront aussi sur scène, en écho à l’évènement qui se déroulera au Mozambique au même moment, ainsi que des artistes autochtones. Une belle façon de démontrer ce lien entre toutes femmes.

Pour Fabiola Toupin, présidente d’honneur, il était tout à fait naturel de participer à ce grand évènement. « Par solidarité et par fierté », dit-elle. Solidarité envers les femmes, sa communauté, et fierté de recevoir tout ce monde dans sa région.

« Porter le message, les valeurs de la marche, pour moi c’est évident. Mais ce n’est parce que c’est évident que ça ne mérite pas d’être dit ». Ce sont des valeurs de liberté, d’égalité, de paix, de justice et de solidarité qui sont portée par cette Marche mondiale des femmes qui a choisi pour thème « Libérons nos corps, notre terre et nos territoires ».

Pour Joanne Blais, directrice générale de la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie et porte-parole pour la Marche mondiale des femmes au Québec, les enjeux sont majeurs et il faut qu’une réflexion s’amorce. « Notre région a été touchée par des pertes dans l’industrie du textile. Des usines qui ont déménagé vers des pays où des femmes et des enfants travaillent dans des conditions pitoyables. On ne peut pas fermer les yeux. Le monde est plus ouvert. Notre consommation a des impacts sur la qualité de vie dans les pays du Sud ».

Mais aussi, elle fait valoir qu’il n’y a pas besoin d’aller loin pour trouver des exemples d’injustices à réparer. On n’a qu’à penser à la manière dont vivent les femmes autochtones et plus particulièrement au cas des nombreux assassinats et disparitions pour lesquelles le gouvernement refuse d’ouvrir une commission d’enquête.

« On marche pour être entendues » Marcherez-vous?