« Notre » gigantesque événement

FestWestern_sept2016On sera grisés, cette année encore, avec notre Festival western de Saint-Tite! Il s’agit, on le sait d’un gigantesque événement. C’est même rendu que la légende de sa démesure empêche des gens de s’y rendre, craignant les embouteillages.

Cependant, pas moins de 600 000 personnes y parviennent ! Joli paradoxe, n’est-ce pas ?

En fait, il s’agit d’un événement fantastique. On s’y rend et la première chose qui vient à l’esprit, c’est de constater la logistique immense qu’on a installé pour rendre le tout viable.

C’est quoi, en chiffres, cette belle réussite qui fait notre orgueil ? On relève que c’est au moins 31 M$ pour l’économie de Saint-Tite et des alentours.

L’organisation du Festival elle-même s’approprie un budget de 7 M$, comptant sur une quinzaine de permanents auxquels s’ajoute une quinzaine de saisonniers.

Galop, la mascotte du Festival, à l'entrée de la Grange Coors Banquet lors de la conférence de presse d’ouverture.

Galop, la mascotte du Festival, à l’entrée de la Grange Coors Banquet lors de la conférence de presse d’ouverture.

Pendant les dix jours du Festival, on voit se mobiliser pas moins de 1 000 personnes dont 600 bénévoles.

La Ville de Saint-Tite elle-même récolterait près de 500 000 $ de droits de permis mais il faut préciser que l’opération lui en coûte tout près de 400 000 $. C’est-à-dire qu’elle a des dépenses à faire pour parvenir à tarifer, remplir les obligations qui en découlent (on pense, pour ne donner qu’un exemple, à la collecte journalière des déchets).

Tout, bien sûr, est tarifé comme nous le relevions déjà l’an passé : comptoirs de vente, utilisation du propane, location de places de stationnement, vidange des sanitaires, stands de musique ou de spectacles, etc.

800 kiosques sont, pour l’occasion, aménagés. Ça devient par le fait même un immense centre commercial à ciel ouvert. On trouvera certainement le produit ou le service recherché dans cette large gamme.

Songeons avec 600 000 personnes en dix jours à l’ampleur, par exemple, des infrastructures sanitaires pour servir tout ce monde, leur offrir à boire…

Des calculs donnent à penser que pendant le Festival, on offre des chambres à louer dans près de 600 des 1 400 résidences de la localité de Saint-Tite.

C’est la manne pour les organismes qui doivent, toutefois, compter sur une abondante main d’œuvre pour parvenir à remplir leurs obligations. Quoi qu’il en soit, le « Western » comme on dit familièrement tend à rapporter environs 500 000 $ à une trentaine d’organisations comme, par exemple, les associations étudiantes de Paul-Le Jeune qui peuvent ainsi s’assurer de maintenir tout au long de l’année scolaire une foule d’activités.

D’autres organisations opèrent des concessions de nourriture ou de breuvage, effectuent des tâches de nettoyage ou de support technique. On rappelle que l’activité Centraide Western permettrait de récolter des gains de 50 000 $ qui vont à Centraide Mauricie ainsi qu’à Leucan Mauricie.

Le Festival western, c’est environ 10 000 véhicules motorisés; leurs utilisateurs défrayent approximativement 3 M$ uniquement pour leurs frais de séjours.

L’an passé, le maire André Léveillé convenait dans un échange avec le Bulletin Mékinac que l’événement ne fait pas uniquement que des heureux dans la population (4 000 habitants). « Il y a 1 400 portes dans Saint-Tite, exprimait le maire. Je peux dire que j’en ai fait 400 lors de mon porte-à-porte aux élections municipales de 2009 et j’estime que 10% me disait être contre l’événement; 30% indifférent et 60% très favorable ».

Enfin, le Festival s’avère être, bien entendu, un gros contribuable de Saint-Tite pour un compte de 100 000 $ (si on inclut la location du Sportium).

Anecdote

Le maire André Léveillé fut dans les fondateurs de l’événement en 1967 alors qu’il y avait eu 6 000 personnes pour une journée de rodéo organisée par l’entreprise G.A. Boulet.

On songe au 50e anniversaire

L’événement en est à sa 49e édition mais déjà, on songe au 50e anniversaire et un comité spécial est déjà sur pied avec à sa tête Gilles Gignac. On sait par exemple que le Festival s’est adressé à la Ville pour obtenir une somme substantielle, et aussi qu’on veut pour l’occasion présenter des activités étalées sur toute une année.

L’Est de l’Amérique

Le directeur général, Pascal Lafrenière, est en poste depuis 2009. Celui-ci rappelle que le Festival western de Saint-Tite se classe comme étant  le plus gros événement du Québec en région et le plus gros événement western de l’Est de l’Amérique. Trois choses guident son organisation : la sécurité, le professionnalisme et le plaisir.

Le Village Cirque: « LA » nouveauté

Tout Mékinac, toute la région et toute la province sont conviés à la prochaine édition du Festival western qui va se tenir du 9 au 18 septembre.

La grande nouveauté de l’événement selon plusieurs, c’est l’aménagement du Village Cirque à l’entrée ouest de village de Saint-Tite; un espace isolé du reste des festivités avec non seulement un chapiteau (1 500 sièges) pour accueillir nul autre que la troupe du Cirque Éloize (7 acrobates et trois musiciens pour au moins six représentations) mais une aire de restauration, des bars et une scène extérieure mettant en vedette des artistes de la région comme Cindy Bédard; cela, sans compter des ateliers de cirque.

 

Par Réjean Martin