L’Escouade Bonheur

Des élèves de 4e et 5e secondaire de l’école secondaire Le Tremplin ont formé l’Escouade Bonheur. Leur objectif : tout simplement rendre les gens heureux.

Comme premier projet, les élèves confectionne des cartes de voeux qui seront mises dans les paniers de Noël distribués aux personnes et familles dans le besoins par les deux Centres d’action bénévole.

Le noyau de l’Escouade Bonheur. Audrey Brouillette, agente de services du CAB des Riverains, Geneviève Girard, agente de projets Entrepreneuriat – Bénévolat du CJE, Maryline Dumais-Roy, Nathan Therrien, Tommy Lefebvre-Jacob et Catherine Lajoie, agente de projets Entrepreneuriat – Bénévolat du CJE. Absente : Josiane Brouillette.

Le noyau de l’Escouade Bonheur. Audrey Brouillette, agente de services du CAB des Riverains, Geneviève Girard, agente de projets Entrepreneuriat – Bénévolat du CJE, Maryline Dumais-Roy, Nathan Therrien, Tommy Lefebvre-Jacob et Catherine Lajoie, agente de projets Entrepreneuriat – Bénévolat du CJE. Absente : Josiane Brouillette.

Mais ils ne comptent pas s’arrêter là. Ils veulent offrir ni plus ni moins des petits bonheurs « sur mesure » aux gens de leur communauté. Il suffit de leur faire une demande en les contactant soit pas courriel, à escouadebonheur@cjetrdeschenaux.com, ou par la poste, au Centre d’action bénévole (CAB) des Riverains (100, de la Fabrique, Sainte-Anne-de-la-Pérade, G0X 2J0). Les jeunes de l’escouade évalueront les besoins et les gestes à poser.

Ce projet élaborer entièrement par les jeunes du Tremplin est issu d’un partenariat entre le Carrefour jeunesse emploi (CJE) Trois-Rivières MRC des Chenaux et le CAB des Riverains.

Le CJE pilote des projets de bénévolat dans trois écoles de son territoire et, au Tremplin, ils peuvent compter sur la collaboration et l’expertise du CAB des Riverains qui a un point de service à l’école secondaire, depuis 2010. « Audrey (l’agente du CAB, Audrey Brouillette) est déjà sur le terrain, a déjà un lien avec les élèves », explique Geneviève Girard du CJE à propos de ce partenariat gagnant.

Ainsi, elles ont aisément pu recruter des jeunes pour leur proposer de concevoir un projet d’implication bénévole pour leur communauté. Quatre ont répondu à l’appel, formant le noyau de l’Escouade, auxquels s’ajoutent à l’occasion quatre autres élèves. « Ce sont des jeunes déjà très impliqués », précise Audrey Brouillette qui les trouve fort inspirants.

Et pour les jeunes, cette implication semble aller de soi. Ce n’est pas la seule non plus. En fait, s’ils le pouvaient, ils ne feraient probablement que ça. « C’est l’implication qui fait que j’aime l’école », affirme Nathan, exprimant un sentiment partagé par ses collègues.

Et si on leur demandait pourquoi cette idée de l’Escouade Bonheur, ils répondraient que donner du bonheur leur en procure au moins autant.