Partage d’expertise avec la France

Maison de la famille des Chenaux

On le sait chez nous, la Maison de la famille des Chenaux est un organisme dynamique qui réussit à toucher les familles de notre MRC. Depuis 20 ans, son équipe innove et développe des programmes et des activités bien adaptés aux besoins des familles.

On reconnaît son expertise chez nous et on la reconnaît également au sein de la Fédération québécoise des organismes communautaires famille (FQOCF), mouvement dans lequel la directrice, Diane Aubut et d’autres membres de l’équipe se sont investis à travers les ans. « On est une grosse équipe, on peut s’impliquer », nous dit Mme Aubut.

C’est parce que cette expertise est reconnue justement que la Maison de la famille des Chenaux a été choisie pour participer à un échange avec la Maison des familles de Bordeaux, en France.

Ainsi, en novembre dernier on recevait la visite de Mme Karine Schoumaker, responsable de ce jeune organisme famille français. En fait, c’est seulement depuis 2009 que des Maisons des familles ont commencé à s’implanter en France. Il y en a actuellement une dizaine et celle de Bordeaux est parmi les toutes dernières, étant installé dans une maison depuis septembre seulement.

Mme Schoumaker nous explique ce qu’elle compte venir chercher chez nous. « D’abord, Participer à la rencontre nationale (du FQOCF) pour voir comment les groupes interagissent ensemble. Puis à Sainte-Anne-de-la-Pérade, pour voir comment ça se passe sur le terrain. On veut savoir ce que les mamans viennent chercher ».

Ainsi, on espère pourvoir importer des façons de faire gagnantes pour les appliquer en France. « À bordeaux le public est différent. Il y a une forte immigration. Les problématiques sont différentes. Mais les questions des mamans sont universelles. La préoccupation des parents sont les mêmes ».

En mars prochain, Nadine D’Amours de la Maison de la famille des Chenaux, et Hanny Rasmussen, de la Fédération québécoise des organismes communautaires Famille, se rendront à leur tour à Bordeaux pour apprendre des façons de faire françaises.

« J’ai hâte d’aller voir », nous dit Nadine D’Amours. « Nous on a beaucoup de programmes, d’activités. Eux, c’est plus informel, ce que nous on n’arrive pas à créer ici ».

Pour Hanny Rasmussen, cet échange avec une Maison des familles qui en est à ses premiers balbutiements permettra certainement d’alimenter les réflexions au sein du mouvement des organismes famille chez nous. « Ça nous permet de revoir les processus par lesquels on est passé », estime-t-elle.

Mme Hanny Rasmussen, de la Fédération québécoise des organismes communautaires Famille, Mme Karine Schoumaker, de la Maison des Familles de Bordeaux et Mme Nadine D'Amours, de la Maison de la famille des Chenaux.

Mme Hanny Rasmussen, de la Fédération québécoise des organismes communautaires Famille, Mme Karine Schoumaker, de la Maison des Familles de Bordeaux et Mme Nadine D’Amours, de la Maison de la famille des Chenaux.