Aux grands maux les grands remèdes

La Chronique famille d'avril 2017

Ça y est! J’ajoute encore des défis à ma liste de monoparentalité – le « co-parenting », le commencement d’un regroupement familial, le partage des tâches. Eh oui! le grand maillage de deux familles.

Je crois que dans tout le clan, c’est moi qui ai le plus peur de ce changement (et qui dit maman qui a des peurs, dit enfants qui ressentent ces peurs et les vivent aussi). Malgré la joie de cette décision, une partie de moi cherche comment tout jumeler: les enfants des deux familles, la différence de mentalités et de façons d’élever nos enfants, la différence de tempérament et tout le tralala.

Est-ce l’âge et l’expérience qui me font autant questionner? Est-ce que mes blessures du passé viennent me hanter et me faire douter? Comment faire pour amener mes enfants à voir cela comme un beau changement quand je me cache au fond de mon placard à attendre que ça passe? La « boss-des-bécosses » en moi se demande comment CONTRÔLER tout et disons que j’en ai la tête qui tourne.

Entre le déménagement, la vente de ma maison, la protection de mes acquis, la reconstitution familiale, les rénovations pour notre accueil, bébé merveilleux, les boîtes, les boîtes, les boîtes… Bon, j’ai perdu le fil de mes pensées en voyant l’accumulation de boîtes et le tri de ma vie (ok, j’exagère un peu, le fait de liquider une partie de nos acquis nous ramène à la source et aussi à un sentiment d’impuissance, de perte et aussi un bordel incroyable dans la maisonnée).

Un jour à la fois, une peur à la fois, j’apprends à respirer, à faire confiance et à demander de l’aide. On grandit tous les jours, on se croit forte, on se croit vulnérable et à vrai dire, les deux sont parfaitement acceptables.

 

Par Anne-Marie Grondin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*