Marie Elzire Fugère

La Chronique historique de septembre 2017

En consultant le recensement canadien de 1871, à la recherche des femmes et des hommes qui enseignaient alors dans les écoles du comté de Champlain, je suis tombé sur Marie Elzire Fugère, 37 ans, institutrice à Sainte-Geneviève-de-Batiscan, qui habitait uniquement avec sa soeur, Zoé Adélaïde, une couturière de 39 ans.

Qu’est-ce qui a mené ces deux soeurs à cohabiter? Difficile de répondre précisément à la question, mais les recensements décennaux canadiens et les registres paroissiaux contiennent tout de même quelques indices.

Baptisées à Sainte-Geneviève-de-Batiscan, Zoé et Elzire sont les filles de Joseph Fugère et de Julie Guillet, mariés à Batiscan en 1819. Au recensement de 1851, outre Zoé et Elzire, âgées respectivement de 19 et 17 ans, trois autres membres de la fratrie habitent toujours avec leurs parents : Uldoric, 28 ans, Marguerite, 25 ans, et Narcisse, 23 ans. Au moins quatre autres enfants sont nés de leur union, mais trois sont décédées et l’un est marié.

Dix ans plus tard, en 1861, Zoé et Elzire sont les deux seules à toujours résider avec leurs parents. Elles sont toutes deux célibataires et ne déclarent aucun métier. Est-ce le décès de leurs parents en 1868 et 1869 qui poussera les deux soeurs à trouver le métier qu’elles occupent en 1871 afin d’assurer leur subsistance? Difficile à déterminer.

Cela étant dit leur situation continuera d’évoluer au cours de la décennie suivante. Au recensement de 1881, elles habitent désormais à Batiscan où elles sont maîtresses de poste, fonction que leur père occupait à son décès et qu’elles ont toujours en 1891. La décennie suivante est toutefois porteuse de grands changements. Elzire décède en 1895 à Batiscan et Zoé Adélaïde quitte le comté de Champlain. En 1901, elle est pensionnaire chez le boucher Napoléon Chamberland dans le quartier Hochelaga. Elle semble toutefois y avoir rejoint une autre membre de sa famille, Emelia Fugère, 28 ans, qui est fort probablement sa nièce.

Par François Antaya
Historien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*