Les agricultrices de la Mauricie

Saviez-vous qu’il y a à peine une trentaine d’années une femme ne pouvait faire un prêt à la banque sans avoir la signature de son mari.

Effectivement, j’ai eu le plaisir de lire sur l’histoire d’une agricultrice qui en 1988 avait remportée le prix d’agricultrice de l’année.

À cette époque, cette dame était un modèle inspirant faisant preuve d’audace et de persévérance, puisque cette année là, son directeur de banque lui annonçait la bonne nouvelle, comme quoi elle était la première femme à passer au crédit agricole !

Le chemin parcouru depuis 40 ans est phénoménale en matière de droits des femmes. Les premières grandes victoires de l’époque furent l’abolition de la clause de discrimination dans l’accès au crédit agricole ainsi que la modification de la loi de l’impôt pour avoir accès au régime des rentes.

Malgré toutes ces avancées, il y a encore beaucoup d’enjeux dans les dossiers d’égalité homme-femme qui font partie manifestement des valeurs importantes de notre société démocratique. C’est d’ailleurs grâce à des initiatives de la fédération des agricultrices du Québec que les agricultrices peuvent aujourd’hui bénéficier du régime québécois d’assurance parentale (RQAP).

Aujourd’hui, il y a environ 2 600 femmes propriétaires qui représentent 26% des fermes au Québec. Notre rôle est de trouver des moyens de les rejoindre, de cibler leurs besoins et de leur donner des outils afin de partager avec nous leurs inspirations et leur sens de l’innovation. Notre rôle est aussi de travailler en complémentarité avec les agriculteurs, parce que nous sommes des alliés indispensables dans l’atteinte des objectifs et des projets en agriculture.

Bien que la réalité et la perception des femmes en agriculture aient évolué au fil du temps, les besoins restent similaires, du moins c’est ce que nous pensons ! Mais les besoins aujourd’hui sont-ils réellement les mêmes pour toutes les agricultrices et tous les agriculteurs? Cette question demeure encore fondamentale! Somme toute, des dénominateurs communs guident chacune des actions des femmes en agriculture, la valorisation de notre métier, le bien-être dans notre milieu de vie, la sécurité de nos enfants, l’équité, le leadership, la reconnaissance et le développement des partenariats.

 

Johanne Barrette
Agricultrice de la Mauricie, co-propriétaire de Pranasens