Le Challenge Polaire : tout un défi!

Faire Montréal-Québec en vélo est déjà un défi en soi. Si le périple a lieu en plein mois de février et que tu es nouvellement arrivé au Québec, l’exploit est encore plus audacieux.

Les jeunes participants du Challenge ainsi que des membres de l’équipe de vie communautaire de Sainte-Anne-de-la-Pérade.

C’est pourtant dans ces conditions que 15 jeunes immigrants ont pris le départ de Montréal le 17 février dernier. 6 jours de vélo dans toutes sortes de conditions hivernales. Les jeunes participants au Challenge Polaire ont entre 12 et 22 ans et proviennent de 10 nations différentes. Certains ont déjà vécu un ou deux hivers parmi nous, mais pour d’autres c’est leur première expérience de froid et de neige.

Mais pourquoi faire 250 km en vélo l’hiver? Motivaction Jeunesse qui est à l’origine de ce projet base ses interventions d’intégration sur les sports. Les sports ont un langage universel qui franchit les barrières culturelles. Le vélo est certes un moyen d’avancer, mais aussi un moyen de socialisation pour contrer l’isolement des nouveaux arrivants.

Ces jeunes sont animés d’un désir de rencontres humaines. Ils ont envie de transmettre leur message de respect de chacun et d’inclusion à travers le Québec.

C’est pourquoi, tout au long de leur voyage, ils ont rencontré des jeunes pour partager leur réalité. Ils se sont arrêtés à l’école des Champs-et-Marées à Champlain pour y discuter avec les élèves de la classe de 2e-3e année. En soirée, c’est à Sainte-Anne-de-la-Pérade qu’ils ont accueilli les gens venus découvrir ces braves.

Après une journée à pédaler sous la pluie froide et le verglas, ils étaient tout sourire pour raconter leur aventure. Celle des derniers jours, mais aussi celle de leur vie. 15 jeunes, 15 histoires, 15 parcours. Cette merveilleuse rencontre toute en simplicité fut une discussion ouverte sur leur vision de leur nouvelle vie en sol québécois. Ils arrivent remplis d’espoir envers les possibilités jusqu’ici inimaginables pour eux. Leurs rêves? Finir leurs études, trouver un emploi, fonder une famille… comme de nombreux jeunes Québécois de souche. « Nous sommes tous différents, mais nous avons envie de miser sur nos ressemblances, pour vivre ensemble » disait LE participant québécois.

Retenons de leur expérience positive de respect, de ténacité, de solidarité et d’inclusion que tous Ensemble, nous sommes le Monde! Et accueillons l’autre avec tout ce qu’il est.

 

Par Stéphanie Tremblay
Collaboration spéciale