Plus que du miel

Ça fait environ un an que la ferme apicole Le Fief d’Orvilliers a été lancé. Au départ, quand Samuel Rivard a fait un retour à Sainte-Anne-de-la-Pérade, c’était pour se préparer à prendre la relève de la terre familiale où son père Guy Rivard entretenait une culture d’arbres fruitiers.

Sa proposition d’installer des ruches pour la pollinisation a ouvert Samuel à tout un univers. Puis, avec une occasion pour faire l’acquisition d’équipements, le volet apicole de l’entreprise s’est précisé. C’est une véritable passion que le diplômé en horticulture a développée et cultivée avec des lectures et du mentorat.

« On va promouvoir le miel, sa diversité », explique Samuel Rivard. « On veut faire des miels bruts, c’est-à-dire non-chauffés, non-pasteurisés, non-filtrés. C’est un miel qui va continuer d’évoluer dans le pot. On préserve son authenticité, sa pureté ».

Dans sa première année d’opération, on retrouvait les produits dans quelques endroits seulement et Samuel et sa famille ont fait quelques expositions où les produits ont été très populaires, notamment le caramiel qui séduit un public encore plus large.

On retrouvera certainement plus de produits à la prochaine saison. « On finit l’année avec 35 ruches. On veut croître un peu chaque année ».

Le Fief d’Orvilliers se développe dans deux types de secteurs. En milieu urbain, le miel récolté dans les ruches installées sur des toits d’immeubles est prévendu à des restaurants, principalement à Québec. En milieu rural, des ruches sont déployées dans la MRC des Chenaux. « On veut des terrains de fleurs sauvages ou biologiques, pour le marché, mais aussi pour la santé des abeilles ».

« Le Fief d’Orvilliers, c’est plus que vendre du miel. On veut faire partie d’un mouvement, promouvoir des produits locaux et écoresponsables. Participer à une économie locale qui nous ressemble. Créer des choses pour les gens d’ici, dynamiser notre communauté ».

Pour Samuel Rivard, il est certain que pour atteindre cet idéal, une aide comme celle qu’il a reçue par le biais du programme de Soutien au travail autonome (STA) est indispensable. Avec une entreprise en démarrage et qui plus est, dans un domaine sujet aux caprices de Dame Nature, on ne peut être certain que les revenus soient toujours au rendez-vous. L’allocation offerte est donc cruciale.

Et le soutien offert, tant à la MRC des Chenaux qu’au Centre local d’emploi de Sainte-Geneviève-de-Batiscan, est un atout indéniable. « Ce sont des gens qui ne sont pas là pour mettre des barrières. Ils y croient, je le sens et ça me motive. Ils me poussent à me dépasser. »

Samuel Rivard
Le Fief d’Orvilliers
Sainte-Anne-de-la-Pérade
819 699-4092

 

Vous avez un projet d’entreprise? La MRC des Chenaux est à la recherche de nouveaux entrepreneurs. Communiquez avec Mme Marie-Andrée Trudel au 819 840-0704, poste 2224 (ma.trudel@mrcdeschenaux.ca) pour obtenir de l’information supplémentaire sur la mesure STA ou pour tout autre renseignement concernant le démarrage d’entreprise. Le programme STA est une mesure d’Emploi-Québec.