Le pont de Batiscan

Chronique historique - édition de juin 2018

Le 24 septembre 1922, Batiscan accueille le premier ministre du Québec, Louis-Alexandre Taschereau, le ministre fédéral de la justice, Lomer Gouin, et plusieurs autres personnalités venues assister à la bénédiction du nouveau pont routier sur la rivière Batiscan. Après la cérémonie, qui se déroule sur fond de rumeurs électorales, quelques dignitaires s’adressent à la foule avec un ton paternaliste et parfois même condescendant.

 Premier à prononcer son discours, le curé de Batiscan, P.-A.-A. Bellemare, profite de l’occasion pour faire une mise en garde contre le communisme : « Ceux qui disent que tous doivent être égaux sont dans l’erreur, puisque sans l’or des riches de tels monuments ne pourraient se faire. […] Restons donc ce que nous avons toujours été et sachons reconnaître l’autorité de ceux qui travaillent et dont l’intelligence sert à accomplir de grandes oeuvres. »

 Plus tard, le ministre fédéral des Douanes, Jacques Bureau, ne se gêne pas pour faire la leçon aux cultivateurs : « Vous avez maintenant une belle route et un beau pont, mais il vous reste encore une chose à faire, c’est d’embellir vos fermes et de rendre vos campagnes plus attrayantes. […] Je vous demande cela pour faire plaisir à M. Taschereau, lui qui vient de vous faire tant plaisir en vous construisant ce pont qui fait votre joie et votre orgueil. »

 Parlant du premier ministre Taschereau, il se vante notamment d’avoir créé la Commission des Liqueurs, sans laquelle le gouvernement n’aurait pu prendre en charge l’entretien des chemins. À ce sujet, le ministre des Travaux publics fait une déclaration qui aujourd’hui ferait bien plaisir aux défenseurs de la SAQ : « Je préfère qu’on paye plus cher pour les boissons, qui sont des produits de luxe, et que le gouvernement continue de donner à l’agriculture un million de subside par année; je préfère payer plus cher l’alcool, et que le gouvernement puisse consacrer deux millions à la colonisation. »

 

Par François Antaya
Historien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*