Festival western de Saint-Tite

La 51e édition se compare avec la 49e

Au terme de la 51e édition du Festival western de Saint-Tite, le dimanche 16 septembre, l’organisation s’est employée à comparer ses chiffres avec l’édition de 2016; ce qui convient bien sûr car la 50e édition, l’an dernier revêtait un caractère spécial, incomparable.

Par exemple, on a dit que 67 000 personnes avaient franchi les portes des Grandes Estrades Coors Banquet lors des dix rodéos; cela pour un taux d’occupation de 90 %.

Du côté du Country Club Desjardins, le spectacle de la famille Daraîche tout comme ceux intitulés « Je voulais marier Renée Martel » ainsi que « Mon nom est Johnny Cash » ont connu un achalandage similaire à la 49e édition.

De plus, on a relevé que tout comme en 2016, les visites guidées « Il était une fois… » de même « La face cachée du rodéo » se sont tenues à guichet fermé.

« Nous sommes très heureux de la réponse de la population envers notre événement. Nous nous faisons un devoir d’offrir ce qu’il y a de mieux à nos visiteurs pour qu’ils reviennent d’année en année. Pour plusieurs, le Festival western de Saint-Tite, (…), c’est un mode de vie », a déclaré Benoît Montreuil, président du comité organisateur.

Saint-Tite sur la Route

Terminons en indiquant que ce qui s’appelle « Saint-Tite sur la Route » sera repris pour une deuxième édition. Il s’agit de se produire en région. Donc, en 2019, la vedette montante du country canadien, la chanteuse originaire de Saskatchewan Jess Moskaluke s’appliquera à faire revivre l’ambiance du Festival western par exemple à la salle Odyssée de Gatineau le 15 janvier; la salle Albert-Rousseau de Québec le 16 janvier ainsi que la salle J.A. Thompson de Trois- Rivières le 18 janvier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*