Les champignons amènent Isabelle Dupuis en Espagne

Au début du mois d’octobre avait lieu l’évènement MYCO 2018 – Rendez-vous de la gastronomie forestière, présenté par Champignons forestiers de la Mauricie et la Microbrasserie Le Temps d’une Pinte. Pour l’occasion, onze restaurants de la Mauricie ont participé en concoctant et servant durant toute une fin de semaine des plats mettant en vedette les champignons forestiers de la région.

Isabelle Dupuis, chef et copropriétaire de la Microbrasserie Le Presbytère de Saint-Stanislas.

Un concours parmi les chefs était aussi organisé durant l’évènement et c’est Isabelle Dupuis de la Microbrasserie Le Presbytère de Saint-Stanislas qui en a été la gagnante. « Les chefs et restaurateurs qui ont participé à ce concours réalisé dans le cadre de l’évènement gastronomique ont relevé le défi haut la main! Réussir à marier habilement et avec beaucoup de créativité, champignons sauvages, comestibles forestiers et produits agroalimentaires dans une même assiette n’est pas une mince affaire, d’autant plus que ces produits devaient provenir uniquement de notre région », mentionnait le président du jury, le chef myco-gastronome Fred Chappuis.

Très honorée d’avoir remporté le concours, Isabelle Dupuis nous raconte qu’elle s’était bien préparée pour élaborer son plat spécialement pour l’évènement. « Je le faisais pas pour gagner, mais je voulais performer », nous dit-elle. Non seulement elle aime les défis, mais elle nourrit également une véritable passion pour la cuisine et pour découvrir et faire découvrir de nouvelles saveurs.

Remporter ce prix lui aura d’ailleurs permis de faire de nouvelles découvertes puisqu’il lui a permis de partir pour l’Espagne dans les dernières semaines, accompagnant une délégation québécoise de chercheurs, d’élus et autres intervenants participants à une mission commerciale de collaboration avec l’Institut européen de mycologie et Soria Gastronomica, un congrès international de gastronomie mycologique.

Sur scène devant près de 250 personnes, Isabelle Dupuis a mis à profit son talent culinaire au Challenge de la Soria Gastronomica avec le chef italien Marco Acquaroli, réputé notamment pour sa cuisine avec la truffe.

Là-bas, elle a eu l’occasion de réaliser des stages dans les restaurants mycologiques Baluarte et La Bonita, des établissements étoilés Michelin. Elle a également participé à une démonstration devant public, près de 250 personnes, dans le cadre du congrès, présentant des plats mettant en valeur les champignons et autres produits de notre terroir.

Nos champignons au centre de la table

Elle savait avait de partir que la Soria Gastronomica était un évènement important, mais elle a tout de même été saisie par son ampleur. Il était évident aussi qu’en Europe, les champignons occupent déjà une bonne place dans la gastronomie, alors que chez nous, on commence à peine à les mettre en valeur. Il y a toute une dynamique à développer ici, notamment au niveau de la promotion et de la mise en valeur des produits forestiers et de réseautage entre cueilleurs et restaurateurs.

Isabelle Dupuis est confiante pour l’avenir et le succès de l’évènement MYCO 2018 tant à lui donner raison. « Il y a de la demande c’est certain », nous dit celle qui a bien cru manquer de produits lors de la fin de semaine de l’évènement. Tous les établissements participants ont en effet connu un important achalandage, ce qui a ravi les organisateurs. « Notre objectif de créer un environnement dans lequel le public pouvait vivre une expérience culinaire unique et accessible tout en développant une signature gastronomique pour notre région reconnue pour son patrimoine forestier a été atteint! », mentionnait M. Patrick Lupien, coordonnateur de la Filière mycologique de la Mauricie.

Par ailleurs, les liens qui ont été tissés avec l’Espagne, avant et pendant le voyage, sont porteurs et l’on entend bien faire en sorte que cette mission commerciale ait des impacts positifs sur le myco-tourisme en Mauricie.

« On est peut-être au début de quelque chose », croit Isabelle Dupuis. « Avec les gens qui sont impliqués là-dedans, il y a du potentiel, c’est certains».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*