Relâche, sans congé

Chronique famille- édition de mars 2019

C’est une des rares fois en 15 ans où je vais travailler durant la semaine de relâche. Habituellement, je me retrouve auprès de mes enfants et nous rattrapons le temps perdu en passant beaucoup de moments ensemble.

C’est aussi la première relâche où mes filles seront prises ailleurs à faire leurs propres activités. L’une risque de garder à l’extérieur, pendant que ma plus vieille se préparera pour son voyage au Costa Rica. Cette semaine-là sera un aperçu de ce qui est à venir avec mes ados qui volent de plus en plus de leurs propres ailes. Un aperçu de ma vie sans elles, du manque que cela fera dans mes habitudes.

Je suis contente de voir qu’elles profitent des opportunités et qu’elles peuvent être autonomes et fonceuses. Je sens que j’ai bien fait mon travail en leur permettant de savoir ce qu’elles veulent de la vie, en plus de penser à elles. J’ai toujours mis les besoins des autres avant les miens (assez malsain puisqu’on s’oublie complètement par moment). Il faut trouver un juste milieu entre penser aux autres et s’assurer que nos besoins sont comblés. Mes filles semblent bien comprendre le principe de penser à leurs besoins, elles ont toujours eu une bonne capacité à ce niveau.

Je leur souhaite de continuer de pouvoir voyager et faire des projets qui les passionnent. On se reprendra l’an prochain à la relâche pour partir en voyage mère-filles avant le départ de ma plus vieille!

 

Par Anne-Marie Grondin