La main bénévole

Chronique pastorale - édition d'avril 2019

Me donnerais-tu un coup d’main ?  Voilà une demande maintes fois entendue ou prononcée… on a toujours besoin d’aide; la main, quel bel outil de service !

La main est objet de salutation, de réconfort, de service.  À la cuisine, à l’entretien, au gagne-pain, à la plume, au bras de mamie, à la main de l’enfant dans celle de papa.  La main bénévole.

En avril, il est de coutume de souligner l’apport de la personne bénévole, le coup d’main à la société, à la communauté de proximité. L’Église a aussi ce besoin, un service donné mais aussi un bénéfice personnel, le service boomerang.

Plus localement, l’Église des Chenaux a aussi besoin d’un coup d’main. Vous pensez probablement qu’il s’agit d’abord de participation à l’un ou l’autre des comités locaux et/ou aux tâches de réalisation des activités pastorales; vous avez raison. Mais c’est bien plus que « la main à la pâte », c’est aussi le service rendu et la tâche accomplie pour le bien commun, la présence à la personne souffrante ou seule, la tendresse à la personne aimée, le geste généreux aux membres de la famille. En fait, le don de soi par le don de la main.

Pour ce don, nous avons un modèle, Jésus Christ. Il est présent et agissant dans nos communautés locales, vaste chantier d’actualisation de nos structures et projets d’évangélisation. Je crois qu’il a besoin d’aide, dans nos maisons et nos rencontres. Je l’entends faire appel à la main bénévole en ces mots : « me donnerais-tu un coup d’main »?

 

Par Léo Guilbert
Membre de l’équipe pastorale paroissiale,
Unité pastorale des Chenaux