Une confiance en nous inspirante

Maire d’Hérouxville et préfet de notre MRC, Bernard Thompson fait preuve d’une confiance en lui qui nul doute inspire; il s’agit en quelque sorte d’une confiance en nous. 

Bernard Thompson.

Pourquoi? Eh bien, il y a peut-être que le conseil des maires de la MRC de Mékinac vient unanimement de le réélire à titre de préfet (notons qu’Yvon Bourassa, maire de Lac-aux-Sables, a vu également son mandat de préfet suppléant être renouvelé).

« C’est un honneur pour moi de poursuivre en tant que préfet le travail que nous avons amorcé ces dernières années dans notre belle MRC, avait-il déclaré dès l’annonce de cette élection. Je suis très reconnaissant de la confiance que m’accordent ma consoeur et mes confrères en tant que représentant de leurs intérêts au niveau régional et provincial. La région de Mékinac possède un très grand potentiel, et les importants efforts déployés par la vingtaine d’employés formant l’équipe actuelle de la MRC demeurent une source inspirante pour le conseil et moi-même. (…) Les tâches s’accomplissent déjà dans un climat de travail très harmonieux et convivial. Aussi, l’énergie animant le conseil des maires et les employés est définitivement une source inépuisable d’inspiration pour que je puisse veiller à ce que tous nos acquis demeurent et que nous progressions bien. »

En entrevue avec le Bulletin de Mékinac, Bernard Thompson rappelle diverses étapes de l’histoire récente de la MRC, diverses péripéties comme par exemple l’abolition dans la division du CLD, puis le passage de la direction de Claude Beau- lieu à Nathalie Groleau, l’exploration un peu ardue pour arriver à dénicher la personne adéquate à la direction du service de développement économique (Nadia Moreau); même scénario pour la personne affectée à l’accueil des nouveaux arrivants (Maude Grenier), etc.

Nul doute, l’harmonie s’étant installée à demeure a tout pour motiver Bernard Thompson qui multiplie, en ce contexte unique, les démarches pour nous sortir la tête de l’eau (pour utiliser une expression qui est la nôtre).

Le préfet relevait, par exemple, qu’au cours de la semaine écourtée du 14 au 17 avril, il avait participé à pas moins de sept téléconférences mettant en lien notamment des représentants des ministères des Affaires municipales, de l’Économie et de l’Innovation du Québec et de la protection civile.

Se relever

Celui qui prévoit qu’hélas nous pourrions perdre dans l’aventure de 15 à 20% de nos entreprises se montrait intéressé à ce que le Fonds de développement des territoires élargisse ses critères et que, bien sûr, un certain déconfinement s’enclenche maintenant que celui-ci a sonné pour le monde de la construction résidentielle.

Restait le cas de l’interdiction décrétée par le gouvernement de l’accès du public aux chalets locatifs et aux résidences secondaires en location. Il a été indiqué que Mékinac compte sur des retombées économiques majeures provenant du tourisme et des villégiateurs.

 

Par Réjean Martin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*