Culture des Chenaux innove

C’est le vendredi 15 mai dernier que Culture des Chenaux avait programmé le concert en ligne de Steve Veilleux, chanteur du populaire groupe Kaïn.

Steve Veilleux en tournage au Vieux presbytère de Batiscan.

Bien sûr, on aurait tous préféré assisté au spectacle en personne, mais, dans les circonstances actuelles, cette version virtuelle était une solide démonstration de la capacité d’innovation de la MRC des Chenaux, de son comité culturel et de l’agente de développement culturel, Marie-Pier Lemaire.

« Nous sommes les deuxièmes au Québec à offrir un spectacle professionnel, en streaming, payant », nous dit Mme Lemaire, « et les premiers à l’avoir fait sans problèmes techniques », ajoute-t-elle fièrement.

En effet, ceux qui avaient pris leurs billets pour le spectacle ont eu droit à un évènement de grande qualité, sous tous les aspects, autant pour le son que le décor et la performance. Le concert de Steve Veilleux était en formule intime, tourné au préalable sur le site enchanteur du Vieux presbytère de Batiscan. De plus, l’artiste était présent lors de cette soirée, clavardant avec son auditoire, une initiative qui était une première pour lui et qui a été fort appréciée de tous.

« C’était un pari audacieux, mais tout le monde est content », dit Marie-Pier Lemaire qui reçoit des commentaires élogieux des acteurs culturels de partout au Québec. Pour elle, l’évènement rencontre un double objectif, soit celui de rendre les arts de la scène accessible à la population et celui de mettre en valeur notre patrimoine bâti. Et cette une promotion qui dépasse les frontières de la MRC puisque 70% des participants était de l’extérieur de la Mauricie.

Le spectacle de Steve Veilleux n’est pas la seule activité culturelle de la MRC à avoir migrée en ligne pendant la période de confinement. En fait, sauf deux exceptions, toutes les activités qui avaient été programmées ce printemps, principalement dans les bibliothèques, n’ont pas été annulées, mais transposées en ligne, via Facebook Live.

Marie-Pier Lemaire nous confie d’ailleurs que la participation aux activités dépassait généralement le nombre de personnes qu’on aurait attendu en temps normal, en « présence physique ». « Ça ouvre la porte à d’autres clientèles », dit-elle. Et c’est une belle opportunité selon elle pour prendre véritablement le virage numérique. Pour l’agente de développement culturel, même lorsqu’on pourra de nouveau assister à des activités en personnes, il est certain que l’offre d’activités en ligne est là pour rester.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*